La mise en garde de L’ONU face aux déchets électroniques

Les appareils électroniques envahissent le quotidien de l’homme depuis plusieurs années déjà. Ils ont grandement servi à nous améliorer la vie et continuent encore de la faire jusqu’à aujourd’hui. Mais l’envers du décor, les déchets de ces appareils représentent un réel danger pour la planète. L’ONU et un consortium d’entreprises ont profité du forum de Davos, tenu le 22 au 25 janvier dernier pour lancer une alerte face à cette menace grandissante qui pèse sur l’homme et l’environnement.

Un monde qui croule sous les déchets électroniques :

Depuis l’avènement de la nouvelle technologie, la planète croule progressivement sous les déchets électroniques : smartphones, ordinateurs, tablettes, appareils électroniques et électroménagers divers. D’autres objets utilisés au quotidien viennent rallonger la liste comme les jouets électroniques, les voitures ou les équipements médicaux. Ces derniers représentent une véritable source de pollution car une fois jetés, ils accumulent la présence de matières premières comme l’or, l’argent, le cuivre et le platine dans les déchets.

Quel ampleur ?

Ces métaux lourds, qui n’ont pas encore le mérite d’être biodégradable, le monde en produits pourtant 50 millions de tonnes tous les ans dont la valeur est estimée à environ 55 milliards d’euros. Selon les statistiques, l’Asie passe en tête de liste des plus gros générateurs de déchets électroniques.

Derrière elle se place les Etats-Unis. Mais le vrai problème est que, seulement 20% de ces déchets sont collectés et recyclés tandis que le reste finit dans les décharges, sont jetés en plein air, incinérés ou enfouis dans le sol. Et la grande majorité sont envoyés illégalement dans les pays en voie de développement causant des impacts considérables sur la vie de nombreuses personnes.

Situation alarmante

Les prévisions sont de plus en plus alarmantes car d’après le rapport des Nations Unies, ce volume peut dépasser les 120 millions de tonnes par an en 2050 si aucune mesure n’est prise à compter d’aujourd’hui.

L’ONU sonne l’alerte :

Le voyant est au rouge ! L’alerte a été sonné par les Nations Unies et le World Business Council for Sustainable Development ou WBCSD, une alliance de plus de 200 entreprises, le jeudi 24 janvier lors du forum de Davos. L’une des causes dénoncés par ces entités est la baisse des prix des matières premières et la hausse du pouvoir d’achat dans les pays émergent qui ne font qu’aggraver la situation.

Comment recycler à grande échelle

À cela s’ajoute le problème du recyclage des métaux lourds car “Technologiquement, il est impossible de pratiquement recycler (tous les métaux)” explique Ruediger Kuehr, un spécialiste en déchets électroniques. De plus, leur extraction exige encore une grosse consommation d’eau et d’énergie ce qui n’est pas très écologique. Et si aucune solution concrète n’est envisagée, le monde et ses habitants risquent de crouler sous leurs propres déchets très prochainement.

Un appel mondial

L’ONU lance un appel mondial en incitant les gouvernements, les entreprises et les consommateurs à trouver des solutions pour réutiliser ces déchets plutôt que de les envoyer à la décharge. Elle les encourage également à mettre en place d’une vraie politique de recyclage pour un meilleur traitement des déchets électroniques. Car, non seulement le recyclage permet de réduire les pressions sur l’environnement, mais il permet aussi de générer des emplois et des revenus.

Bien que nous n’ayons pas encore réglé le problème des produits à usage unique en plastique jugés dangereux pour la planète, voici que nous entamons déjà une nouvelle guerre contre les déchets électroniques qui ont des impacts environnementaux mais en plus sanitaires considérables. Ceci pour dire que la planète est sensible et fragile. Ce qui peut lui arriver est le résultat de l’action de l’homme. Aussi, sa protection nous concerne tous donc agissons ensemble pour son bien-être.  

La mise en garde de L’ONU face aux déchets électroniques
5 (100%) 1 vote[s]